CAMPAGNE FINANCÉE AVEC LE SOUTIEN DE L'UNION EUROPÉENNE

L'UNION EUROPÉENNE SOUTIENT LES CAMPAGNES DE PROMOTION DE PRODUITS AGRICOLES DE HAUTE QUALITÉ

HomeActualitésLes fibres (insolubles) associées à une meilleure pression sanguine

Les fibres (insolubles) associées à une meilleure pression sanguine

Une nouvelle étude montre que les fibres alimentaires, en particulier les fibres insolubles, sont associées à une pression sanguine plus faible, ce qui peut contribuer à expliquer les effets bénéfiques des fibres sur le risque cardiovasculaire.

Les fibres alimentaires sont connues pour être de précieuses alliées de la santé, mais elles n’ont pas fini de livrer leurs secrets. Les céréales  sont une source importante de fibres insolubles. Le pain complet est une source de fibres nettement meilleure que le pain blanc. Les fruits et légumes contiennent une proportion plus élevée de fibres solubles. Les deux types des de fibres sont importants dans une alimentation équilibrée, mais ils n’ont pas forcément les mêmes effets physiologiques. C’est notamment ce que révèle l’étude INTERMAP (INTERnational study on MAcro/micronutrients and blood Pressure), qui apporte un nouvel éclairage sur le rôle des fibres dans la santé cardiovasculaire.

Effet indépendant du potassium
Cette étude portant sur 2195 femmes et hommes âgés entre 40 et 59 ans aux États-Unis. Les résultats montrent qu’un apport en fibres alimentaires totales plus élevé de 6,8 g par 1000 kcal est associé à une pression sanguine systolique (SBP) plus faible de 1,69 mm Hg, atténuée à – 1,01 mm Hg après ajustement pour le potassium urinaire. Un apport en fibres alimentaires insolubles plus élevé de 4,6 g par 1000 kcal est associé à une SBP plus faible de 1,81 mm Hg, y compris après ajustement pour le potassium urinaire. Les fibres solubles, quant à elles, ne présentent aucune association significative avec la pression sanguine.

Cette étude est importante parce qu’elle montre un effet bénéfique des fibres insolubles sur la pression sanguine, et cela de façon indépendante de l’apport en potassium des fruits et légumes.

Réf : Aljuraibaan GS et al. British Journal of Nutrition / Volume 114 / Issue 09 / November 2015, pp 1480-1486.